Hors Zone

Buenos Aires

Buenos Aires est une ville sise sur la rive du Rio de la Plata et non sur la mer comme on pourrait le croire de prime abord. Cette ville doit son nom aux vents fréquents qui balaient la région et donnent à cette localité un aspect aéré qui rend la qualité de l’air bien agréable malgré le nombre d’habitants qui y vivent, en effet 14 millions de porteños vivent dans cette agglomération, ce qui correspond à 1/3 environ de la population argentine.

Quand on ouvre une carte de la ville, la première chose qu’on se dit est qu’il doit être difficile de s’y perdre tellement les rues quadrillent la ville et lui donnent un faux air de Manhattan. Les rues portent des noms d’états ou de personnages argentins célèbres, que nous ne connaissons pas. En même temps je ne suis pas une référence en histoire.

Buenos Aires

En réalité la partie de la ville accessible aux touristes (et donc celle dont nous allons parler) s’étale le long de la rive du rio.

Pendant notre séjour nous étions logés à Puerto Madero, quartier très moderne constitué de grandes tours de verre et d’acier, coincé entre les bassins  du port de plaisance et la réserve naturelle au bout de la côte. Pour le coup ça fait plus ambiance marina californienne que ville sud-américaine.

Notre vie de Porteños

Nous avons essayé pendant notre semaine à Buenos Aires de nous mettre dans la peau des argentins et de vivre à leur rythme.

Ainsi nous avons pu prendre un petit déjeuner dans le microcentro à côté de la Plaza de Mayo, place emblématique de la capitale. Le petit déjeuner argentin est composé d’un café au lait accompagné de croissants (ou médialuna) et d’un jus de fruits. On verra plus bas que question nourriture les argentins savent bien vivre.

Buenos Aires - 106Il est très agréable ensuite de flâner dans les rues de la ville entre les quartiers très colorés du Caminito et de la Boca, ou du côté de Retiro pour admirer les grands immeubles haussmanniens mélangés avec des tours de verre et acier. La ville est également constellée de places ombragées où les argentins s’arrêtent prendre le maté (boisson nationale).

Pour déjeuner on a eu le choix entre des brasseries ou prendre des empanadas à emporter dans un parc du quartier de Palermo pour profiter du beau temps. Les argentins savent très bien vivre question nourriture je vous dis.

Buenos Aires - 025Quand vient l’heure de l’apéro on peut descendre sur la place Serrano dans le quartier du Palermo Viejo pour déguster une petite bière locale. Bon pour le coup c’est de la bière blonde très légère, pas de quoi ravir les amateurs de bières belges.

A la nuit tombée, les argentins mangent après 21h, on voit tout le monde sortir faire du sport dans les parcs de la ville. Il faut bien vu les portions qu’ils s’enfilent. Après le dîner vient l’heure du tango, élément incontournable de la culture de Buenos Aires. Les argentins se retrouvent dans des milongas où ils dansent jusqu’au bout de la nuit. Nous avons pu assister à un magnifique spectacle au Bar Sur où alternaient danseurs, musiciens de bandoneon et chanteur de tango. Le bar était si intime qu’on ne pouvait pas mettre les trois à la fois.

Buenos Aires - 145

L’élément incontournable du coin

Le cimetière de la Recoleta. On y retrouve pas mal des noms de rues de la ville. Ce qui le rend si différent de ce qu’on peut avoir par chez nous c’est la taille des sépultures. Les argentins sont très pieux, mais ils ont aussi très envie qu’on les voit. La plupart des caveaux ont une façade sur deux étages avec des fois des allures de temple grec à colonnades, ou juste de grosse maison bourgeoise.

Pour le coup une des sépultures les moins voyantes est celle d’Eva Peron. On aurait presque pu la louper s’il n’y avait pas eu un attroupement d’une quinzaine de personnes devant.

Et qu’est ce qu’on y mange ?

Bon fini de rigoler, comme vous nous connaissez bien et que nous vous connaissons bien, nous le savons, vous attendiez nos impressions sur la nourriture argentine. Eh oui comme déjà dit précédemment les argentins savent bien vivre. En quelques jours, nous avons déjà pu goûter quelques unes de leurs spécialités.

Buenos Aires - 076Déjà, les incontournables empanadas : petits chaussons fourrés à la viande, au poulet, au fromage, aux légumes etc. nous sommes déjà complètement accros….
Nous avons également pu goûter le Provoleta un petit fromage à pâte dur passé au barbecue, un autre délice argentin. Niveau plat de résistance, nous avons découvert la milanese : une escalope milanaise revisitée façon argentine, c’est à dire une pièce de boeuf fine grillée, panée, recouverte de fromage et de jambon, oui c’est aussi bon que ça en à l’air. Petite parenthèse, les portions argentines sont monstrueuses, en général pour des français un menu pour deux suffit largement. Les argentins sont entraînés depuis tout petit et doivent avoir un second estomac caché pour avaler une portion sans sourciller.

Et sinon ce weekend, nous avons pu déguster notre première parilla ! Les énoooormes barbecues argentins qu’un européen même dans ses rêves les plus fous ne peut imaginer. Nous étions très impatients et nous n’avons pas été déçu. En entrée nous avons pris du chorizo, du boudin noir et des ries de veau, et comme plat principal des côtes de cochon de lait. C’était un pur délice, nous nous sommes régalés.

Nous avons quand même encore eu un peu de place pour un petit dessert local, un flan maison recouvert de chantilly et…. de dulce de leche, c’est de la confiture de lait qui ressemble à du caramel à tartiner. Alors je ne ne vais pas vous mentir, on en a déjà acheté un pot de 850g que nos amis nous rapportent en France pour que nous l’ayons à notre retour…

 Le Saviez vous ?

En Argentine, ce weekend, c’était les élections présidentielles et la veille des élections, la vente d’alcool est interdite. Eh oui ! Pour tout de même profiter d’un petit restaurant argentin entre français ce samedi soir, nous avons fait ce que les argentins appellent un porta cerrada, ce qui signifie porte close. Un restaurant « illégal » caché dans une maison qui ne communique son adresse qu’après la réservation, où le menu est imposé. C’était une expérience très sympa et originale à faire à Buenos Aires.

Merci à Laurie pour ses bons plans, et à Audrey et Julien pour leur accueil chaleureux et pour nous avoir fait découvrir Buenos Aires.

Voilà pour nos impressions sur cette deuxième plus grande ville d’Amérique du Sud, et notre première semaine de voyage. Pour notre prochaine étape, nous quittons la vie citadine pour rejoindre le bout du monde : Ushuaïa. A bientôt pour des nouvelles fraîches.

8 reflexions sur “Buenos Aires

  1. Elvira et Caillou

    Contents de lire de vos nouvelles. Ça nous fait voyager. Nous notre périple est un peu différent en ce moment et les vacances au bout du monde ce n’est pas pour tout de suite. On attend la suite … Gros bisous.

  2. Anne Guillon

    Que les nouvelles soient fraiches, c’est pas grave! Mais vous pouvez sortir les polaires car pour vous ce sera frisquet!
    Enfin, un peu d’air frais et de nature va peut être vous permettre de digérer ces repas pantagruéliques!
    Merci pour cette visite guidée! On attend la suite avec impatience!
    Buon viaje y muchos besos!
    Anne

    1. Gillou

      Wahoo je ne sais pas ce qui me donne le plus envie : le barbecue argentin, les différents plats locaux ou tout simplement la prochaine destination…
      Profitez bien et prenez plein de photos !
      Bisous

  3. Pascal

    Une très bonne mise en bouche ! Merci pour ce passionnant reportage ! Bonne route vers Ushuaia, en attendant votre prochain récit !
    Bises.

  4. Don Carlos

    Ça donne de foles envies tout ça. Merci beaucoup de partager ces belles expériences avec nous. J’espère les loulous que vous avez bien noté les techniques et recettes des gigas barbecue 😉

  5. Jacques&MJ

    Par votre récit, nous sommes aussi du voyage, même si nos repas sont moins exotiques et plus légers. Heureusement, les treks arrivent !
    Bonne continuation au bout du monde.
    Bisous.

  6. Yves

    Vous nous faites rêver ….
    Quoique, si j’y pense, ma journée ressemble un peu aux vôtres, je suis allé travailler du côté de Belle Croix et j’ai repris deux fois du yaourt !!
    Je pense qu’il va falloir que j’envisage un trek sur les bords du canal.
    Sans (trop) rire, vues les forces que vous prenez, les sacs vont être de plus en plus faciles à porter.
    Bonne suite du périple, en espérant que vous n’avez pas oublie polaire et cache-col.

    Basta la vista …
    Bisous
    Y