Hors Zone

La Paz et ses alentours

Si vous avez suivi nos aventures, vous savez que cela n’a pas été une mince affaire de rejoindre La Paz mais ça y est nous y sommes ! Nous voici, dans la capitale administrative de la Bolivie. Elle est située à 3600m d’altitude et a été construite dans une « cuvette ». La ville s’est petit à petit étendue et les constructions remontent aujourd’hui sur les collines avoisinantes. Cela donne un aspect très particulier à la ville, avec toutes ses maisons de briques surplombant la cité. La Paz est très animée par ses nombreux marchés. En fait ici se côtoient deux types de populations : les plus pauvres qui sont habillés avec disons les habits traditionnels comme on les imagine, qui descendent de la campagne ou de l’alto et qui viennent vendre un peu de tout sur les marchés et les plus aisés vêtus comme vous et moi qui vivent en ville. Cela donne une ville très dynamique mais avec un côté assez typique et dépaysant. C’est aussi un joyeux bric à brac, on trouve de tout pour bricoler, sa voiture, sa maison etc… en Bolivie vaut mieux être débrouillard et habile de ses mains.

LaPaz - 113

Le carnaval

Durant notre séjour à La Paz, nous étions en plein carnaval. Nous avions bien compris que le grand jeu des petits mais aussi des grands, c’était les batailles d’eau ! A coup de ballons d’eau, d’énormes fusils à eau avec réservoir dans le dos, et le tout agrémenté de quelques bombes de mousse. Nous nous sommes donc parés de nos vestes de pluie pour aller affronter cette euphorie collective. Nous voyons tout le monde en ponchos s’éclabousser les uns les autres, nous courons sous les attaques, on rigole, tout cela est plutôt bon enfant. Nous arrivons à l’endroit de la parade, et nous hissons sur des gradins pour pouvoir regarder le défilé. Là, se succèdent des groupes de danseurs traditionnels, colorés plus ou moins professionnels, et bien sûr entre chaque groupe c’est l’affrontement de batailles d’eau entre les deux côtés de la rue.

Le lendemain, c’était le dernier jour du carnaval, c’est un jour spécial, où les habitants décorent leur maison et leur voiture avec des fleurs, des ballons et des serpentins. Ils font exploser des pétards devant chez eux pour se porter bonheur. Donc toute la journée, nous avons entendu des explosions autour de nous. Ça va au bout d’une heure ou deux on s’y fait !

LaPaz - 063

En tout cas, c’était vraiment sympa de vivre tout ce folklore qui a l’air de vraiment faire partie de la vie des  boliviens.

Les marchés

A la Paz, il n’y a pas vraiment de supermarchés. Pour faire leurs courses les boliviens vont au marché où l’on trouve vraiment de tout, il y en a partout en ville, tous les jours. Il y a bien sûr les fruits et légumes, la viande, le poisson (pas frais ?), le pain, mais aussi le charbon, les produits d’entretiens, des immenses marchés aux fleurs, et le fameux marché aux sorcières. C’est un marché où on peut trouver des herbes médicinales, aphrodisiaques et également les fameux foetus de Lama ! Si si ça porte bonheur d’en mettre un dans les fondations de ta maison.

LaPaz - 009

El teleferico

Alors ça c’est la grande fierté de la ville. Depuis 10 ans, La Paz possède des lignes de téléphérique pour se déplacer en ville comme les parisiens prennent le métro. Il est super moderne, tout propre, et pas cher ! Forcément nous avons donc été l’essayer pour monter à l’Alto, voir un peu la vue surplombant La Paz. L’Alto est en fait une extension de la Paz, qui désormais est devenue une ville à part entière et qui regroupe la population la plus pauvre de la capitale. Nous n’avons pas trop osé nous y balader, nous sommes donc redescendus après quelques photos du point de vue.

LaPaz - 102

Tiwanaku

Nous avons également fait quelques sorties autour de La Paz. La première fût une visite des ruines de Tiwanaku. C’est également le nom de la civilisation qui a construit ce lieu. C’est un endroit qui servait à la vie religieuse et politique. Ce peuple était antérieur au peuple inca et vivait autour du lac Titicaca. Les ruines que nous avons visité étaient la « cité du soleil », avec sa fameuse « porte du soleil » alignée sur le soleil levant lors du solstice d’été. Des statues monolithiques sont également présentes sur le site dont une de plus de 10m, conservée désormais dans un musée, particulièrement impressionnante. Comme quoi il n’y a pas qu’à l’île de Pâques qu’ils savent sculpter des statues !

Chacaltaya

Chacaltaya, est un sommet situé à 30km de La Paz qui monte à 5400m d’altitude. Sa particularité était d’abriter la plus haute piste de ski du monde. Mais le glacier a fondu petit à petit et la station a fermé il y a une vingtaine d’années. Nous sommes donc montés sur ce sommet en mini bus par une route assez vertigineuse comme les boliviens savent si bien les faire, pour arriver jusqu’à 5300m. Niveau temps, nous n’avons pas eu trop de chance, nous étions dans les nuages, la vue n’était donc pas au rendez vous. De là, le guide nous propose une montée à pied jusqu’au sommet à 5400m. Sauf qu’à cette altitude ce genre de balade n’est pas une mince affaire. Le moindre pas est un effort, le cœur s’emballe et on a le souffle court. J’abdique à mi chemin, j’étais épuisée. Thomas finira vaillamment la montée, je suis très fière de lui car ce n’était vraiment pas facile. En tout cas cette expérience à haute altitude nous aura montré combien il est difficile de réaliser des ascensions de sommets à 6000m, sans même pouvoir imaginer comment font ceux qui montent à 7000m et 8000m. J’ai vraiment réalisé à ce moment l’exploit que cela peut représenter pour ces alpinistes de haut vol.

LaPaz - 075

En redescedant de Chacaltaya, nous sommes passés par la vallée de la Lune, une vallée constituée de roches taillées par le vent et la pluie.

LaPaz - 091

A côté de la Paz, se trouve également une route mythique : la route de la mort ! Aujourd’hui elle n’est plus empruntée par les véhicules mais elle fait la joie des vtt-istes, Thomas vous racontera ça dans le prochain article !

3 reflexions sur “La Paz et ses alentours

  1. Yves

    Génial !
    En voyant les photos et certains de vos commentaires, sur les défilés, notamment, j’ai l’impression de relire Tintin chez les incas !
    Mais lui ne faisait pas de bataille d’eau …
    Bon mais le Toto, il s’est fait un 6000 !!!
    Et j’entends parler de VTT ?
    J’attends …
    Bises
    Y

  2. Anne Guillon

    Voilà encore un reportage bien agréable à lire. Mais les fusils à eau…sont en vente libre? Parce que pour la piscine…
    Je me rappelle Thomas, quand tu avais passé ton entretien pour l’Insa de Rennes et qu’ils t’avaient dit de t’autoriser à vivre tes rêves…Je crois que vous y êtes!
    Continuez comme ça mais quand même, restez prudents!
    Anne et Jp