Hors Zone

Ushuaïa : Tierra del Fuego

La fin du monde marque le début de notre voyage. Ce nom nous fait rêver et on retrouve sur place des paysages proches de la Norvège ou du Canada. Étonnamment les arbres sont présents aussi à ces latitudes battues par les vents. Pour la photo sous la douche à l’extérieur on passe notre chemin…

Circuit sur le Canal Beagle

En réalité on a eu du beau temps, surtout les matins, et des températures plutôt clémentes. On a donc pur profiter pour faire un tour en bateau sur le Canal Beagle (du nom du marin qui a découvert ce canal qui relie l’Océan Atlantique au Pacifique, ça aussi ça fait rêver de se dire qu’on est à la jonction de ces deux océans). Durant ce petit tour de 4h de navigation on a pu découvrir que Flo n’a pas du tout le pied marin et pourtant on était sur une mer d’huile.

Au programme de cette navigation la Isla de Los Cormoranes où comme vous vous en doutez on a pu voir une colonie de Cormorans ainsi que quelques lions de mer. Attention à ne pas confondre le lion de mer avec l’éléphant de mer, ou avec le léopard des mers ou encore avec le phoque. Ce sont 4 animaux différents ! Et oui ils ont l’air de se ressembler moyennant quelques variations de poids, taille, forme de la trompe ou des nageoires, enfin bref ils ressemblent tous à des gros tas de graisse munis de nageoires à un bout et d’une tête à l’autre. Ils ont l’air sauvages et même agressifs, certains spécimens pèsent pas loin de 350kg. Et quand le bateau fait le tour de l’île et passe sous le vent, je vous raconte pas l’odeur : un mélange de fauve et de poisson pourri !

Après cette petite rencontre fort sympathique nous sommes allés voir le Phare des Éclaireurs (en français dans le texte). Il constitue l’un des candidats à l’appellation « Phare du Bout du Monde », mais visiblement il y a une sombre histoire de concurrence entre plusieurs îles sur ce sujet. Sur cette île en plus du phare on y croise des lions de mer et des cormorans (voir description plus haut).

La dernière étape de notre trajet maritime nous a permis de visiter l’île de Bridges où le guide nous a présenté la flore locale surtout constitué de mousse, de lichens et de plantes épineuses (enfin un tableau qu’on attendait) mais très odorantes (dans le bon sens cette fois).

Parc de la Tierra del Fuego

Le lendemain, nous sommes partis visiter le parc national de la Terre de Feu. Sous un grand ciel bleu et des températures de plus de 15°C, on a hésité à sortir le short… Heureusement on ne l’a pas fait.

Les paysages rencontrés dans ce parc ressemblent beaucoup aux grandes forêts Suédoises avec plus de reliefs comme dans les Rocheuses Canadiennes (non je ne me la pète pas avec mes voyages précédents). On a pu apercevoir des Ouettes de Magellan (mâles et femelles), des chevaux, et mêmes des traces de castor. Vous me direz : « Ah bon ! Il y a des castors là-bas ? » et je vous répondrai : « Non le castor y a été introduit par des Canadiens pour voir s’il s’y plairait, et il s’y plait tellement bien qu’il pullule. » Mais comme il est très discret (et nous non) on a juste vu un barrage de castor sans voir l’animal.

Le jour suivant, lever à l’aube pour aller prendre le bus pour le Chili, destination Punta Arenas. C’est parti pour 13h de bus. Youhou ! La pampa c’est captivant comme paysage. L’avantage c’est que le bus est confortable et qu’on a bien rattrapé les heures de sommeil qui manquaient.

Et qu’est qu’on y mange ?

Contrairement au reste de l’Argentine, la Terre de Feu est plutôt réputée pour y manger du crabe royal et plus généralement les produits de la mer. On a pu en manger à Punta Arenas.

2 reflexions sur “Ushuaïa : Tierra del Fuego

  1. Sandrine Richer

    bonjour a vous deux,merci de nous faire partager ce joli périple.cela égaie notre quotidien à Paris.plein de bisous et bonne route

  2. Didier Rallu

    Un petit bonjour de la métropole.
    Jolies photo, j’espère que vous vous éclatez bien…
    Amicalement
    Didier Ralu